Opel GTC

Opel GTC

lundi 31 décembre 2018

Pour la croissance économique par la décroissance matérielle

Comment la révolution mécatronique du 21ème siècle va porter les emplois et les espoirs de demain ...

Le monde se transforme. Les technologies progressent. Le tissu économique évolue. Les machines s'améliorent. Les jeunes entreprennent sans retenue. La Planète se réchauffe. Les applications énergétiques de l'hydrogène se préparent à remplacer les énergies fossiles. La population terrestre dépasse les 7 milliards d'habitants. Les citoyens s’interrogent. Les politiques naviguent à vue. L'Humanité bascule dans le siècle de la mécatronique. La révolution "D5&co" est en marche ... 
Éléments d'analyse et de perspective pour les emplois et les espoirs de demain ...

 

Contexte industriel mondial du 21ème siècle


Il est à prévoir que le 21ème siècle verra un ensemble de mutations technologiques conséquentes dans les sociétés humaines développées, notamment :
  • m01 : la généralisation des véhicules autonomes électriques (ie : dromobiles) avec pour applications :
    • le développement
      Fig. 1 : Navette autonome NAVYA.
      des transports en commun individuels (ie : taxis autonomes) - cf Fig. 1 - pour le déplacement de personnes,
    • le déplacement terrestre automatisé de hub à hub de marchandises (ie : camions automatisés),
    • les livraisons nocturnes automatiques et silencieuses des magasins citadins,
  • m02 : la généralisation de véhicules aériens autonomes (ie : drones aériens) - cf Fig. 2 - avec
    pour applications :
    • la livraison du dernier kilomètre facilitée,
      Fig. 2 : Drone modulaire TUNDRA.
    • la livraison rapide de colis urgents ne pouvant s’accommoder des embouteillages (ex : organes vivants, sang, ...),
    • le taxi du ciel,
    • les pompiers du ciel en essaims de drones,
  • m03 : la généralisation de véhicules amphibies autonomes (ie : drones navals) - cf Fig. 3 - avec pour applications :
    • le déplacement autonomes de personnes sur l'eau,
    • le déplacement naval automatisé de marchandises,
    • la pèche télépilotée et/ou automatisée,
    • l'exploitation robotisée des fonds marins,
      Fig. 3 : Drone amphibie IBUBBLE.
  • m04 : la généralisation des droïdes d'assistance aux personnes - cf Fig. 4 - avec pour applications :
    • le nettoyage domestique assisté et/ou automatisé,
    • la tonte automatique du gazon et le désherbage robotisé - cf Fig. 5 -,
    • l'électroménager communiquant et intelligent,
    • l'assistant vocal domotique,
    • les robots conversationnels du e-commerce,
    • le droïde d'assistance et de maintien à domicile des personnes âgées,
    • le clone mécatronique de représentation diplomatique,
      Fig. 4 : Droïde traducteur C-3PO
      célèbre de la saga STAR WARS.
  • m05 : la généralisation des équipements domotiques des bâtiments intelligents - domestiques et industriels - avec pour applications :
    • la gestion optimale de l'énergie et de l'empreinte carbone du bâtiment,
    • le stockage énergétique électrique durant la nuit (ie : chauffe-eau, hydrolyseur, machine à glaçons, ...),
    • le nettoyage industriel automatisé - cf Fig. 6 -,
  • m06 : la généralisation de la production d'énergies décarbonées avec pour applications :
    • le développement de la filière hydrogène (ie : réacteur à fusion et pile à combustible),
    • le développement des énergies renouvelables
      Fig. 5 : Robot desherbeur NAÏO.
      (ie : hydraulique, solaire, éolien, biomasse, géothermie, ...),
  • m07 : la généralisation des robots industriels de production et de manipulation avec pour applications :
    • la production de formes et de volumes multi-process de plus en plus complexes,
    • la gestion automatisée des flux matière dans l'usine,
    • la surveillance télépilotée/automatique des entrepôts,
    • le contrôle online intégré à chaque étape de production,
    • l'ouverture 24/24 des magasins citadins,
  • m08 : la généralisation de l'exploitation de l'espace avec pour applications :
    • le développement du tourisme spatial pour tous,
    • Fig. 6 : Robot nettoyeur KÄCHER.
    • le développement de fusées réutilisables - cf Fig. 7 -,
    • l'exploitation minière des astéroïdes,
  • m09 : la généralisation des applications de bio-mécatronique de l'"Homme réparé" avec pour applications :
    • le développement des prothèses et des organes/membres artificiels (ie : cœur artificiel, main artificielle, oreille artificielle, ...),
    • le développement des exosquelettes des paralysés,
    • le développement de matériels médicaux sophistiqués (ie : scanner, IRM, robot de téléchirurgie, ...),
  • m10 : la généralisation des nouveaux matériaux avec pour applications :
    • le développement des technologies composite et carbone (ie : robustes et légères),
    • le développement du "métal liquide à température ambiante" (ie : poudres métalliques pour fabrication additive) - cf Fig. 8 -,
    • Fig. 7 : Fusée réutilisable SPACEX.
    • le développement des nano-technologies (ie : carbone-graphite, épitaxie, ...),
toutes ces mutations - dénommées par la suite "Révolution D5&co" (dromobile/dronautique/droïde/domotique/décarbonique/robotique/spatial/bionique/matériaux) - nécessitant le développement des connaissances, des compétences et des talents pour la réalisation de composants et d'objets mécatroniques de plus en plus pointus en petites, moyennes et grandes séries.


De manière générale, la Révolution D5&co suppose le développement massif :
  • de la robotique / cobotique domestique et industrielle,
    Fig. 8 : Fabrication additive
    métallique PRISMADD.
  • des capteurs de variables d'état des robots (ie : lidar, vision, accéléromètre, GPS, température, vibration, humidité, ...),
  • des algorithmes automatiques de contrôle commande temps réel de la fonction "Puissance" des systèmes mécatroniques,
  • des progiciels d'ingénierie numérique "assurée par les connaissances" pour la conception de solutions complexes P10 (ie : Projet/Poc/Prototype/Produit/Program/Pièce/Process/Poste/Plant/Prix).

 

Déjà le 19ème siècle innovait ...

Fig. 9 : La Force Artificielle
de la machine à vapeur.

Quand à la fin du 18ème siècle, James Watt améliore en 1781 la machine à vapeur en inventant le système bielle-manivelle - cf Fig. 9 - et le condensateur séparé, savait-il qu'il dotait l'Humanité de la Force Artificielle ?

Démarre alors au milieu du 19ème siècle la 1ère révolution industrielle qui voit la machine à vapeur remplacée progressivement par une série d'innovations - telles que le moteur à explosion à 2 temps en 1859 puis à 4 temps en 1862 - où le mécanisme bielle-manivelle est toujours conservé tandis que le carburant évolue du solide (ie : bois et charbon) vers le liquide (ie : essence et diesel) et le gaz.

L'électricité n'est pas en reste. Depuis la découverte du phénomènes électromagnétique au début du 19ème siècle, le moteur électrique vient rejoindre dans sa version dynamo de 1886 son cousin thermique dans la panoplie des moyens artificiels pour produire une force contrôlée.

S'en suit alors un développement économique sans précédant qui transforme l'artisanat en industrie, vide les campagnes pour fournir les bras ouvriers aux villes, remplace les aristocrates rentiers propriétaires terriens par des entrepreneurs-inventeurs capitaines d'industrie tels que Michelin, Peugeot, Eiffel, Krupp, Daimler, Diesel, Siemens, Bosch, Edison, Westinghouse, ...

 

Génial et terrible 20ème siècle innovant ...

Fig. 10 : Dégâts de la bombe atomique :
paroxysme de l'Enfer sur Terre.

La première moitié du 20ème siècle est alors le théâtre de tous les progrès mécaniques permis par la Force Artificielle mais aussi de toutes les horreurs possibles que l'Humanité pouvait inventer :
  • invention de l'automobile, de l'aéronautique et des fusées,
  • développement du train, des plus grands paquebots et des sous-marins,
  • 2 guerres mondiales,
  • la bombe atomique - cf Fig. 10 -,
  • les pires totalitarismes idéologiques : fascisme, nazisme et communisme.
 
Heureusement, le 20ème siècle se termine mieux qu'il n'a commencé :
Fig. 11 : Métaphore de
l'Intelligence Artificielle
de la fin du 20ème Siècle.

Porté par le développement de l'énergie électrique, des énergies fossiles, du téléphone, de la radio et de la télévision, le développement économique qui résulte des 30 années succédant à la fin de la 2ème Guerre Mondiale est alors qualifié de 2ème révolution industrielle par certains auteurs [RIF11].

Démarre également un développement sans précédent de l'informatique et de l'innovation digitale qui dotent alors l'Humanité de l'Intelligence Artificielle de la fin du 20ème siècle (ex : moteurs d'inférence logique, réseaux neuronaux, reconnaissance de caractères et de visages, reconnaissance de la parole, web sémantique, big data et deep learning, ...) - cf Fig. 11 -. Émergent alors des entrepreneurs du numérique - à la vision et aux succès mondiaux - tels que Steve Jobs (fondateur d'Apple), Bill Gates (fondateur de Microsoft), Marcel Dassault (fondateur de Dassault Systèmes), Dietmar Hopp (co-fondateur de SAP AG), ...

 

Le 21ème siècle mécatronique innove toujours ...

Fig. 12 : Robot Infirmier : application
médicale de la mécatronique.

Les progrès de la mécanique de précision conjugués à ceux de l'électronique miniaturisée et de l'informatique temps réel permettent désormais d'embarquer l'intelligence dans les machines pour forger les objets mécatroniques mobiles et autonomes du 21ème siècle.

Contrairement à ce qu'il est souvent sous-entendu par l'expression "révolution digitale", le 21ème siècle ne sera pas exclusivement numérique mais verra également l'émergence d'un grand nombre de systèmes et d'inventions matérielles - à caractère physique - mariant intimement les différentes disciplines de la mécatronique.  Citons notamment :
  • tous les drones favorisant les déplacements terrestres,
    Fig. 13 : Robot Taxi : application
    logistique de la mécatronique.
    aériens et navals,
  • toutes les sondes spatiales et rovers divers d'exploration inter-planétaire,
  • tous les robots domestiques automatisant les tâches fastidieuses et fatigantes, à commencer par les robots aspirateurs, les tondeuses à gazon, les robots desherbeurs, les robots démineurs, ...
  • tous les robots industriels de production manufacturière,
  • tous les assistants personnels divers tels que smartphones, traducteurs automatiques, coaches sportifs, robots infirmiers, ...
  • toutes les prothèses et équipements d'amélioration de la santé et de réparation de l'Homme.
Fig. 14 : Rover Lunaire : application
spatiale de la mécatronique.
Stimulé par la nécessaire transition énergétique, le 21ème siècle annonce également la révolution hydrogène, vecteur puissant de stockage de l'électricité. 2 progrès majeurs sont attendus pour une énergie abondante et propre pour tous :
  • la production centralisée d'électricité par fusion nucléaire : l'investissement actuel le plus emblématique pour la production massive et sure d'électricité nucléaire sans déchet est assurément le réacteur à fusion thermo-nucléaire ITER actuellement en cours de construction en France à Cadarache pour un budget de 20 Milliards d'Euros partagé entre 35 pays (ie : Europe, USA, Chine, Japon, Corée du Sud, Inde, ...).  S'il aboutit au succès scientifique attendu à pleine puissance pour 2035, la production industrielle d'électricité nucléaire sans CO2 et sans déchet - cf Fig. 15 - pour chaque Terrien pourra démarrer à partir de 2050, couvrant
    Fig. 15 : Plasma de fusion thermo-
    nucléaire de deutérium et de tritium.
    avec 50 litres d'eau de mer et 1 g de lithium par personne l'ensemble des besoins énergétiques d'une vie terrestre
    [BIG18],
  • le stockage décentralisé d'hydrogène et la production locale d'électricité par pile à combustible : dans le sillage des progrès attendus de la micro-catalyse destinés notamment à diminuer les coûts de consommation du platine utilisable alors avec parcimonie, la pile à combustible - cf Fig. 16 - produit de l'électricité mobile (par exemple pour un véhicule électrique) par combinaison de l'oxygène de l'air avec l'hydrogène stocké localement tout en produisant pour déchet ultime de l'eau pure. L'hydrogène devient alors vecteur de stockage local de l'électricité produite par les énergies renouvelables nocturnes (ie : éolien) et diurne (ie : solaire) à l'aide d'hydrolyseurs tandis que le stockage stable de l'hydrogène - à température ambiante et sans risque d'explosion - est désormais une question scientifiquement résolue grâce au Silane, analogue siliceux du Méthane.

Fig. 16 : Pile à combustible brulant
hydrogène gazeux et l'oxygène de l'air.
t.
Simultanément, l'industrie numérique progresse et développe un ensemble de technologies d'apprentissage automatisé à partir des données produites par les objets connectés. Ces algorithmes permettent alors de fiabiliser le caractère prédictif des assistances fournies à l'Homme par les objets mécatroniques du futur qui deviennent alors apprenants et adaptatifs (ie : diagnostic médical téléassisté, transports automatiques, traductions automatiques, ...).  En 2017, le champion du monde de go est l'algorithme apprenant AlphaGo.

De nombreux entrepreneurs comprennent déjà la révolution mécatronique "D5&co" en marche et n'hésitent pas à y engager toute leur énergie, les plus emblématiquess d'entre eux étant Elon Musk aux USA (fondateur notamment de Tesla (voiture), Hyperloop (train), SolarCity (énergie), SpaceX (fusée) et Neurolink (interface cerveau/machine)) et Alain Carpentier en France (fondateur de Carmat pour le développement du cœur artificiel fabriquable industriellement).



Espoirs et emplois du futur


Tous ces progrès technologiques annoncés de la mécatronique vont évidemment ouvrir de nombreuses espérances et applications possibles. Citons notamment :
  • la production propre d'énergie électrique sans CO2 et sans déchet,
    Fig. 17 : Espoir du futur.
  • la téléchirurgie et les techniques d'opérations non invasives,
  • l'éradication des difficultés de stationnement dans les villes avec déploiement de norias de taxis automatiques municipaux,
  • le taxi logistique du ciel,
  • le recyclage amélioré des produits industriels dans le cadre du développement d'une économie circulaire plus efficace,
  • le développement optimisé des pièces métalliques par fabrication additive permettant ainsi de déposer la matière là où nécessaire,
    Fig. 18 : Ville propre
    sans embouteillage.
  • la conquête du 6ème continent spatial avec robots nettoyeurs de l'espace, fusées réutilisables,
    construction de bases lunaires et martiennes,
  • le nettoyage automatisé des océans, la pèche automatisée et l'exploitation des fonds marins,
  • la culture et la récolte automatiques des terres agricoles,
  • le coach sportif mécatronique, entraineur infatigable de tennis,
  • le pompier sauveteur télépiloté, apte à intervenir dans les zones de séisme ou à éteindre un incendie sans risque pour le pilote,
  • la représentation diplomatique par clone mécatronique d'un individu qui pourra être présent partout dans le monde en utilisant une interface immersive haptique, évitant ainsi de longs et fatiguants voyages consommateurs d'énergie,
  • ...
L'ensemble de ces progrès annoncés nécessitera évidemment le développement de nombreux métiers hautement qualifiés, notamment :
  • des
    Fig. 19 : Designer : métier du futur.
    designers,
  • des ergonomes,
  • des architectes systèmes,
  • des éco-concepteurs,
  • des matériaulogues,
  • des chimistes,
  • des mécaniciens,
  • des électriciens,
  • des électroniciens,
    Fig. 20 : Roboticien : métier du futur.
  • des automaticiens,
  • des énergéticiens,
  • des informaticiens,
  • des mathématiciens,
  • des data managers,
  • des knowledge managers, 
  • des mécatroniciens,
  • des roboticiens,
  • des usineurs,
    Fig. 21 : Data manager : métier du futur.
  • des intégrateurs,
  • des validateurs,
  • des logisticiens,
  • des biologistes,
  • des prothésistes,
  • des bio-mécaniciens,
    Fig. 22 : Prothésiste : métier du futur.
  • des généticiens,
  • des qualiticiens,
  • des chercheurs,
  • des professeurs,
  • des formateurs,
  • des inventeurs,
  • des entrepreneurs,
  • ...
Certains dénomment déjà "3ème révolution industrielle" cette convergence des technologies mécatroniques, énergétiques, bio-génétiques et numériques.

Fig. 23 : Croissance économique
par la décroissance matérielle.
Enfin, aboutissement ultime de la Révolution "D5&co", peut-on imaginer l'émergence d'une forme de conscience artificielle au service de l'Humanité afin de lui permettre d'entrer dans une nouvelle ère de sagesse collective dont l'objectif commun sera de résoudre le défi fondamental du 21ème siècle, à savoir : la croissance économique par la décroissance matérielle [SER13] :
  • croitre économiquement consistant essentiellement à se former constamment et à développer les connaissances et les métiers nécessaires à l'ère de la mécatronique généralisée,
    • pour que chacun puisse y apporter une contribution et
    • y trouver un emploi,
  • décroitre matériellement consistant essentiellement à "faire mieux avec moins", notamment en :
    • utilisant moins d'énergie,
    • consommant moins de matériaux,
    • générant moins de polluants et 
    • produisant moins de déchets ultimes,
              tout en sachant :
      • utiliser plus d'informations et de connaissances,
      • engager plus d'intelligence et de sagesse humaines et
      • développer plus d'harmonie sociale et de cohésion pacifiste ?

    "Croitre économiquement en décroissant matériellement" est le défi de l'intelligence naturelle du 21ème siècle !

     

     

    Épilogue

    Fig. 24 : le 21ème siècle : siècle de l'eau
    pure de la pile à hydrogène et de la
    "Planète Réparée" par la croissance
    économique de la décroissance matérielle.

    Le dernier livre de l'économiste Daniel COHEN qualifie d'"économie digitale" le nouveau siècle de progrès qui s'annonce ... tellement le terme d'"économie industrielle" du 20ème siècle ne suffit plus à qualifier les mutations socio-techniques en cours [COH18].  Le titre de son dernier ouvrage y voit également une mutation inquiétante ...

    A contrario de cette position respectable et prudentielle, cet article se propose d'envisager la posture plus optimiste et plus audacieuse de la "croissance économique par la décroissance matérielle" :
    • le 21ème siècle ne sera pas que algorithmique ... mais mécatronique, cette dernière discipline d'Ingénierie Système ayant bien évidement besoin des progrès des algorithmes mais pas que ... Seront également convoqués à la fête du progrès technologique les matériaux, l'hydrogène, l'énergétique, la fusion thermo-nucléaire, la micro-catalyse, l'ordinateur quantique, l'automatique, la biologie, le génie génétique, ...
    • le 21ème siècle n'est pas inquiétant comme le voudrait toute
      Fig. 25 : Sage du Monde contemplant
      la beauté de la "Planète Réparée".
      projection dans l'inconnu ... mais porteur de millions d'opportunités ... si l'on comprend précocement que la vie professionnelle n'est plus mono-métier-mono-employeur mais un long et constant apprentissage : 
      • où l'on changera en moyenne 5 fois de métiers et 10 fois d'employeurs pour réparer la Planète et
      • où les jeunes nés à la fin du 20ème siècle changeront tellement le Monde en 50 ans qu'ils prendront leurs retraites sur la Lune et qu'on les enterrera sur Mars au 22ème siècle ...


    Fig. 26 : Paix mondiale pour tous par
    les progrès annoncés du 21ème Siècle.
    Bienvenue dans le siècle de la sagesse intérieure et de la paix mondiale extérieure du Citoyen de l'Univers où l'Homme aura su évoluer plus vite que la mécatronique consciente qu'il aura créée ! 

    Excellente Année 2019 à toutes et à tous !




    Bibliographie

    • [RIF11] : Jeremy Rifkin, "La 3ème Révolution Industrielle", ISBN 2-9185-9747-3.
    • [BIG18] : Bernard Bigot, "ITER, une énergie pour notre avenir", 2018, Conférence inaugurale de l'Ecole Centrale de lyon.
    • [COH18] : Daniel Cohen, "Il faut dire que les temps ont changé... Chronique (fiévreuse) d’une mutation qui inquiète", Éditions Albin Michel, 2018 (ISBN 978-2-226-43744-0).
    • [SER13] : Patrick Serrafero, "De l'innovation à la routine en conception éco-performante ou de la confrontation des idées pour le client à la vérité de l'ingénieur", Eco-conception, conception et innovation, Revue Marché et Organisations, Éditions L’Harmattan, p. 51-64, (ISBN 2-2965-3319-1).



    jeudi 25 décembre 2014

    De l'énergie originelle à la sagesse collective : vers l'Économie de la Connaissance

    Pour la remontée de l'entropie informationnelle par la synthèse des compétences métier et de l'intelligence cognitive

    L'évolution de la Matière, du Vivant, du Monde et de l'Univers progresse du simple vers le complexe, avec toujours plus de richesse, de beauté, de diversité, d'intelligence et de transcendance ...
    Pourtant, encore faut-il pouvoir accéder à cette esthétique de la Nature dans un contexte de crise économique, de secousses sociétales, de chaos énergétique, de bouleversements écologiques, de surinformation médiatique, d'inconstance politique, ...
    Comment alors comprendre et interpréter les mutations sociologiques à l’œuvre, les transformations économiques en cours, les progrès technologiques à venir ... dont la sage finalité humaine devra être - si l'Homme veut être au rendez-vous de son destin cosmique - plus d'ordre cognitif dans le désordre informationnel, plus de repères sociétaux dans les turbulences historiques, plus d'intelligence cognitive dans l'entropie originelle, plus d'éthique professionnelle dans l'agitation affairiste, plus de conscience humaniste dans la science positiviste ... ?


    Introduction


    Fig. 0 : Vue satellitaire noctune du cybionte info-bio-
    mécatronique en cours de construction progressive.
    Il est désormais fréquent de lire ou d'entendre dire que l’Économie Mondiale ne vit pas, depuis 2008, une crise économique classique du capitalisme mais le début d'une transformation sociétale profonde sans précédent dans l'histoire de l'Humanité, transformation comparable à la transition - déjà expérimentée par l'Occident il y a 5 siècles - entre le Moyen Age et la Renaissance [GRA 13], [GIO 14].

    Faut-il alors y voir la fin :
    •  d'une ère de progrès matérialistes linéaires - issus de la croissance économique unique de 200 années de Révolution Industrielle carbonée, fondée sur la quantité matérielle et la propriété individualiste de l'Homo Œconomicus -
    pour entrevoir le début :
    •  d'une ère nouvelle de progrès exponentiels, de nature complètement différente car immatérielle - portée par la croissance cognitive des 200 années à venir de la Révolution Numérique décarbonée, fondée sur la qualité spirituelle et le partage collaboratif de l'Homo Numericus ? [RIF 12].
    S'agit-il de prendre conscience, dans un monde terrestre fini, aux ressources limitées et soumis à l'usure irréversible du temps entropique, que seules :
    • l'émergence d'une Intelligence Cognitive et d'une Sagesse Collective au sein du cybionte [BAQ 01] en cours de construction (cf. Fig. 0) - tel que conceptualisé métaphoriquement par Joël de Rosnay en 1995 et défini comme "supra-organisme planétaire hybride, biologique, mécanique et électronique dont les hommes sont les cellules alors que leurs machines, leurs organisations et leurs réseaux en sont les tissus, les organes, les systèmes de communication et de régulation" [RON 95] - fondées sur des connaissances positives (ie : scientifiques, patiemment identifiées et validées) et des compétences métier (ie : logiquement axiomatisées et professionnellement expérimentées),
    permettra à l'Humanité de relever rationnellement les nombreux défis du siècle à venir ?


    Au début était l'énergie entropique ...


    Fig. 1 : Transformation progressive de l'énergie entropique
    originelle bouillante de l'Univers au cours du temps.
    Fig. 2 : "De l'instinct animal, il devient pensant."

    Fig. 3 : L'Hydrogène, carburant nucléaire
    du Soleil.

    Fig. 4 : Domestication du feu il y a
    350 000 années environ.
    Au début - c'est-à-dire à l'instant du Big Bang - était l'énergie entropique.

    L'Univers hérite alors d'une cause encore inconnue d'une quantité énormissime d’Énergie originelle, mesurable en Joule.

    Progressivement, ce capital énergétique ultra-bouillant (ie : 1032 °K, c'est-à-dire 10 000 milliards de milliards de milliards de degrés) se refroidit durant l'expansion spatiale pour atteindre aujourd'hui 2,73 °K et se transforme (cf. Fig. 1) :
    • de la lumière initiale, il devient matière plasmique : quarks, leptons, bosons, protons, neutrons, électrons, ...
    • du plasma initial, il devient atomes : du plus léger (Hydrogène) au plus lourd (Uranium),
    • du légo atomique, il devient molécules : oxygène, azote, eau, acides aminés, nucléobases, ...
    • du désordre moléculaire, il devient organisme vivant : du protozoaire à l'animal multi-cellulaire,
    • de l'instinct animal, il devient pensant : du cerveau reptilien au néocortex humain,
    • de l'être humain primitif, il devient société historique : de la tribu à la Nation,
    • de la conscience citoyenne, il devient sage intelligent : de la Nation à la Civilisation Sapiens.
    Cette remontée naturelle de l'entropie thermique (c'est-à-dire la transformation progressive du désordre énergétique initial) vers la sagesse humaine (c'est-à-dire vers l'ordre cognitif contemplatif) peut se résumer en quelques chiffres et quelques jalons calendaires :

    Le défi actuel : la synthèse des Compétences Métier et de l'Intelligence Cognitive ...


    L'Homme se trouve maintenant à la croisée des chemins de son destin cosmique sur Terre et dans l'Univers :
    Fig. 5 : Puissance destructrice de l'arme nucléaire
    d'Homo Terminator.

    Fig. 6 : Remonter l'entropie pour remettre de l'ordre
    cognitif dans le désordre informationnel.
    (Photo : Destruction de la bibliothèque londonienne
    Holland House en 1940 après le bombardement
    nazi de Kensington.  Crédit : English Heritage.)
    • fort de sa domination sur la nature terrestre, il possède désormais la capacité de tout détruire, soit brutalement par l'holocauste nucléaire, soit lentement par la pollution environnementale et la surexploitation des ressources fossiles et renouvelables : c'est le choix nihiliste de la conscience orgueilleuse d'Homo Terminator telle que l'Humanité l'a déjà tristement expérimenté avec les horreurs extrêmes de la 2nde Guerre Mondiale (cf Fig. 5),
    • fort de sa connaissance progressive de la Nature et du Monde, il décide de mieux gérer l'énergie vitale mise initialement à sa disposition par la Nature : c'est le choix humaniste de la conscience éclairée d'Homo Numericus telle que l'Humanité l'a déjà expérimentée avec ses grandes découvertes scientifiques et médicales, avec ses acquis des Lumières aboutissant aux Droits de l'Homme et du Citoyen, avec ses révolutions sociétales aboutissant à la fin de l'Apartheid, avec ses traités équitables de paix militaire aboutissant par exemple à la chute du Mur de Berlin ou à la reconnaissance mutuelle Palestine/Israël, ...
    Face à cette condition humaine paradoxale et à ce risque collectif, peut-on faire le pari qu'une Intelligence Cognitive émergente permettra à l'Homme d'éviter l'auto-destruction orgueilleuse et de poursuivre son voyage intersidéral vers une Sagesse Collective propice à la contemplation de la beauté cosmique de l'Univers et au développement de son Humanité ... ?

    Pour cela, l'Homme doit s'engager activement dans une remontée rationnelle de l'entropie informationnelle (cf Fig. 6). Il doit ainsi utiliser son intelligence Tête/Cœur/Main et son intuition sensible du Beau/Bon/Bien pour interroger, observer, chercher, étudier, comprendre, formaliser, expérimenter, modéliser, valider, réutiliser, vulgariser, partager ... l'essence même de toute cette énergie vitale originelle donnée par la Nature, à savoir la Connaissance Positive.

    Cette ressource immatérielle complexe - constituée de concepts, de particules élémentaires, de lois et phénomènes naturels, de relations de causes à effets, de principes physiques et chimiques, de théories scientifiques, de solutions technologiques, de tours de main artisanaux, de processus métier, d'inter-relations professionnelles ... - constitue le carburant cognitif de toute Compétence Métier qui permet notamment :
    • au Paysan de produire la nourriture,
    • au Cuisinier de régaler nos papilles,
    • au Vigneron de sublimer les raisins des cépages,
    • à l’Ébéniste de fabriquer les tables et les chaises,
    • au Potier de façonner les contenants de terre cuite,
    • au Maçon de bâtir les maisons,
    • au Lapidaire de révéler les couleurs et les formes des pierres précieuses,
    • à l'Ouvrier-Tourneur de fabriquer les pièces métalliques de révolution,
    • à l'Ingénieur de faire fonctionner les machines,
    • au Médecin de guérir les malades,
    • au Professeur de développer les talents,
    • à l'Avocat de défendre les accusés,
    • à l'Entrepreneur de créer les richesses et les emplois,
    • au Consommateur de polluer moins,
    • au Militaire de faire la paix,
    • au Politique d'organiser la cité et enfin
    • à l'Homme de vivre heureux et en harmonie avec son voisin ...

    Cette remontée de l'entropie informationnelle vers l'Intelligence Cognitive - c'est-à-dire cette capacité humaine à savoir transformer le "Big Data en Big Knowledge du Big Bang" - est un processus complexe et méthodique de synthèse cognitive qui peut se comprendre à l'aide du modèle de transformation de l’"Énergie Informationnelle Plasmique" (ie : la Data comparable métaphoriquement à l’Énergie Cinétique des Mécaniciens) en "Énergie Cognitive Universelle" (ie : le Knowledge comparable métaphoriquement à l’Énergie Potentielle des Mécaniciens) proposé par la théorie positiviste KnoVA du cogniton [SER 00], [SER 02] et décrit en Fig. 7 :
    Fig. 7 : Modèle KnoVA de transformation de
    l’Énergie Informationnelle Plasmique en Intelligence Cognitive
    (par analogie avec le processus de
    transformation de l’Énergie Mécanique).

    • au début était le plasma informationnel constitué d'informations non structurées (dénommés "infotrons" et dont la masse informationnelle est mesurée en bit - Binary digIT) à l'instar du plasma atomique initial constitué de particules élémentaires non structurées (dont la taille des atomes est mesurée en Ångström),
    • à l'aide d'une typologie des connaissances dénommée T-KnoVA, le plasma informationnel - matérialisable par l'ensemble des questions, hypothèses, assertions, informations, bruits médiatiques, rumeurs, desinformations et propagandes énoncées dans le monde, notamment sur Internet - est filtré pour détecter des "granules de connaissance génériques, typés, non-fissibles et réutilisables" (dénommés "cognitons" et dont la masse cognitive est mesurée en kit - Knowledge digIT homogène à un bit²) à l'instar des moles chimiques identifiées par la typologie des atomes de la Table périodique des éléments de Mendeleïev (éléments chimiques dont la masse molaire est mesurée en kilogramme),
    • placé dans un champ de vérité et confronté à l'expérimentation, chaque cogniton est enrichi d'une quantité de vérité pour produire une part de certitude scientifique (dénommée "certiton" et dont le poids cognitif est mesurée en cit - Certitude digIT homogène à un bit3) à l'instar d'une masse matérielle placé dans un champ de gravité afin de produire une force (dont l'intensité est mesurée en Newton),
    • l'ensemble des cognitons et des certitons sont alors assemblés en longues molécules logiques de raisonnement métier maitrisable par un expert sachant (dénommées "Compétences Métier" et dont l'utilité opérationnelle est mesurée en rit - Reasonning digIT homogène à un bit4) chargées de produire un champ d'expériences réussies à l'instar d'une force produisant, dans un champ de déplacements, un travail mécanique (dont la quantité est mesurée en Joule),
    • la stabilité cognitive et la résistance au temps entropique d'une Compétence Métier permet alors de mesurer la variation temporelle du stock de Compétence Métier de l'Humanité (dénommée "Taux d'Apprentissage Cognitif" dit aussi Intelligence Cognitive et mesuré en lit - Learning digIT homogène à un bit4/s) à l'instar de la résistance au temps d'un travail aboutissant à la Puissance Mécanique (dont l'intensité est mesurée en Watt),
    • la densité réticulaire d'Intelligence Cognitive dans une organisation, une entreprise, une société ... permet enfin de mesurer la Sagesse Collective des Compétences Métier collaborant sagement et harmonieusement entre elles (dénommée aussi "Densité de Réticulage Cognitif" mesurée en wit - Wisdom digIT homogène à un lit²).



    A la fin sera la Sagesse Collective ...


    A la fin - c'est-à-dire dans 200 ans - sera la sagesse collective.

    Fig. 8 : Contemplation de l'Infiniment Beau et
    de l’Infiniment Complexe.
    Définie comme la capacité collaborative de plusieurs individus compétents à apprendre vite et bien pour agir ensemble sagement, la Sagesse Collective se propose d'allier intimement la compréhension :
    • de l'objet physique considéré, centrée sur l'exactitude et la véracité des connaissances positives formalisées à son égard et dont le champ de modélisation relève de la Science,
    • au sujet métaphysique centré sur le bien commun et la finalité éthique de l'action collective rendue possible par les connaissances formalisées scientifiquement et dont le champ de réflexion relève de la Conscience.
    "Science sans Conscience n'est que ruine de l'âme" résumait l'humaniste de la Renaissance François Rabelais dans son premier livre Pantagruel.

    Pouvons-nous alors enrichir cet aphorisme prévenant d'une proposition symétrique :
    • "De la Conscience éclairée par la Science se construit l'Âme Humaine Sage et Sachante" ?
    Ainsi, est-il permis à l'Humanité d'envisager, par sa Sagesse Collective - c'est-à-dire la collaboration efficace des individus sages et sachants remontant l'entropie informationelle (en fait, les vrais Homo Sapiens se rappelant que "sapiens" signifie en latin « intelligent, sage, raisonnable, prudent ») - de poursuivre sereinement, à sa place privilégiée de Citoyenne de l'Univers, la contemplation émerveillée de l'Infiniment Beau et de l'Infiniment Complexe tout en continuant de transformer le capital énergétique originel en Énergie Cognitive Universelle pour sa subsistance, le développement de la noosphère, le bonheur de vivre sur Terre et l'exploration prochaine de Mars ?

    Si oui alors succédant aux 200 ans écoulés d’Économie Industrielle de la Puissance Énergétique Contrôlée, il devient possible d'espérer que la nouvelle ère économique qui s'annonce avec le siècle numérique nouveau transforme si profondément l'Humanité dans sa relation à la Connaissance que la nouvelle Économie résultante - dite "de la Connaissance" - devienne celle de l’Économie Sage du Savoir Partagé pour - après l'éradication sur Terre du cannibalisme, des sacrifices humains, de l'esclavage et de la ségrégation raciale - un Monde sans guerre, sans famine, sans maladie, sans exclusion, sans pollution, sans chômage et sans illettrisme.



    La pensée du jour : "Homo Numericus : le sapiens spirituel, sage et sachant"


    Fig. 9 : De la Paix intérieure propice à la croissance
    de l'Arbre de la Connaissance Sage et Spirituelle.
    L'Homo Numericus avance lentement mais surement dans sa quête d'ordre, de progrès, de savoir et de paix ... "refusant en lui les horreurs que veut la bête".

    Deviendra-t-il sapiens, sage et sachant en ce siècle nouveau qui démarre si rapidement avec la gestation info-bio-mécatronique du cybionte de la Révolution Industrielle immatérielle de la Connaissance ? 

    Méditons alors - en guise de conclusion - l'une des pensées fulgurante et clairvoyante attribuée à l'écrivain résistant André Malraux qui nous révèle ainsi tout l'enjeu final de cette évolution cognitive de l'Humanité :
    • "Le XXIème siècle sera spirituel ou ne sera pas !"

    Excellent Noël à toutes et à tous et Meilleurs Souhaits de paix pour l'Année Nouvelle !

    (Billet écrit pour Noël 2014, révisé et amendé pour Noël 2017).


    Glossaire

    Fig. 10 : L'Homme symbiotique,
    cellule vivante du cybionte.


    Fig. 11 : Conscience éclairée par la Science.


    Fig. 12 : Wikipédia : livrable remarquable
    de l'Homo Numericus collaboratif.
    Fig. 13 : Homo Numericus :
    spirituel, sage et sachant ?

    Fig. 14 : Représentation artistique de
    la noosphère du cybionte.

    Fig. 15 : Le cogniton : granule générique,
    typé et non-fissible de connaissance
    mesurable d'une compétence métier.
    • Cybionte : "supra-organisme planétaire hybride, biologique, mécanique et électronique dont les hommes sont les cellules alors que leurs machines, leurs organisations et leurs réseaux en sont les tissus, les organes, les systèmes de communication et de régulation" tel que défini en 1995 par Joël de Rosnay dans son livre "L'homme Symbiotique" [RON 99]. Le cybionte se propose d'attirer l'attention du lecteur sur la grande dépendance systémique de l'Homme à la Nature, à ses semblables et à ses machines (cf. Fig. 10).
    • Connaissance positive : objet cognitif résultant d'une posture épistémologique positiviste spécifiant que la connaissance est un objet scientifique observable et dont la valeur de vérité - prouvée par les faits vérifiés de l'expérience expliquant les phénomènes du monde - est indépendante de l'acteur.  La posture positiviste - complémentaire à la posture constructiviste - est théorisée par le philosophe français Auguste Comte et sert de fondation épistémologique à la Théorie Bio-Quantique de la Connaissance KnoVA [SER 00], [SER 02].
    • Conscience : concept psychique complexe dont la définition proposée par Stéphane Bernard - biophysicien - peut être méditée "la conscience implique la connaissance de sa propre existence et de l’existence du Monde. Elle peut évoluer vers la supra-conscience qui apporte l’harmonie parfaite de la conscience de l’être s’unissant au principe de la vie, et donne accès à l’ensemble des connaissances de l’Univers." [BER 0x], (cf. Fig. 11).
    • Économie de la Connaissance : phase économique actuelle - dite aussi "Nouvelle Économie" ou "Économie du Savoir" ou "Économie post-industrielle" - ayant démarré avec l'avènement d'Internet au début du 21ème siècle et dont le moteur du développement est l'Ingénierie des Connaissances.  Dans le présent article, Homo Numericus en est l'instigateur technologique et le produit anthropologique.
    • Énergie entropique : chaleur initiale désordonnée du Big Bang, mesurée en JouleJuste après le Big Bang, une partie de cette énergie thermique initiale s'est condensée dans la matière, selon l'équation nucléaire bien connue E = mc². Par exemple, la formation de la première mole d'Hydrogène vers 380 000 ans après le Big Bang a condensé 90 000 milliards de Joule d'énergie entropique. Pour mémoire :
      • 1 calorie vaut 4,18 Joules et correspond à la quantité de chaleur nécessaire pour élever d'un °C un cm3 d'eau liquide sous pression atmosphérique,
      • 1 mole d'atomes d'Hydrogène - dont la masse molaire vaut 1 gramme - rassemble 6,02.1023 atomes, c'est-à-dire 602 000 milliards de milliards d'atomes d'Hydrogène.
    • Entropie : concept physique - initialement convoqué par la Thermodynamique dans son second principe puis généralisé par d'autres disciplines telle que la Théorie de l'Information de Claude Shannon - permettant de formaliser le sens de l'évolution naturelle de l'Univers vers "le tiède et le désordre" par écoulement du flux d'énergie entropique initiale du chaud vers le froid.
    • Entropie informationnelle : extension du concept d'entropie au monde digital, correspondant à un plasma informationnel non structuré de bits, de données numériques, de documents multimédia, de textes, d'images, de sons, de vidéos, ... caractéristique du désordre numérique relevant de l'infobésité actuelle du Monde digital et dans lequel il est difficile d'y retrouver des connaissances performantes et robustes mises en qualité sémantique. Syn. "Énergie Informationnelle Plasmique". Wikipédia est un 1er exemple de solution B2C remontant anarchiquement - au sens de "l'ordre sans le pouvoir" - mais de façon concrète l'Entropie Informationnelle avec pour livrables principaux des articles collaboratifs de formalisation de pseudo et de proto-connaissances partagées, articles alors organisés en portails thématiques (cf. Fig. 12).  Le concept de Blog de Connaissance est un 2ème exemple de solution B2B pour remonter - de manière individualisée en contexte professionnel - l'Entropie Informationnelle de l'entreprise avec pour livrables principaux des cognitons réticulés en extremetextes et organisés en Compétences Métier.
    • Homo Sapiens Numericus : sous-espèce de l'Homo-Sapiens succédant - au début du XXIème siècle - à l'Homo Œconomicus et démarrant avec l'AnthropocèneDéfinition très personnelle de l'auteur qui imagine cette espèce spirituelle, sage et sachante (cf. Fig. 13).
    • Kit (knowledge digit) : unité de mesure de la connaissance - proposée en 2000 par le modèle théorique KnoVA - homogène à un bit². De la même manière que l'on ne mesure pas la même grandeur avec des m² qu'avec des m, le kit sert à mesurer de la masse cognitive tandis que le bit (binary digit) sert à mesurer de la masse informationnelle. Le kyte - valant 11,24 kits dans la théorie KnoVA - est le multiple du kit, à l'instar du byte valant 8 bits.
    • Noosphère : phase de développement de la Terre - succédant à la géosphère et à la biosphère - englobant les activités intellectuelles de l'Humanité et domestiquant, par la cognition humaine et le développement de l'intelligence naturelle, la nature animale de l'Homme par les lois, l'éthique, la politique, la culture, les organisations humanitaires, ... (cf. Fig. 14).  Assimilable à une sorte de "conscience collective de l'Humanité", la noosphère a été théorisée par le minéralogiste chimiste Vladimir Vernadsky et le philosophe théologien Pierre Teilhard de Chardin.
    • Révolution industrielle : changement profond de modèle économique de production et de consommation des biens et des services aboutissant à une transformation sociétale inédite. Le prospectiviste Jéremy Rifkin considère - dans son livre "La 3ème révolution industrielle" - que la 1ère révolution du XIXème siècle a été rendue possible grâce à la machine à vapeur couplée à l'imprimerie, que la 2ème du XXème siècle relevait du moteur à combustion interne couplé au trinôme téléphone/radio/télévision tandis que la 3ème révolution industrielle actuelle du XXIème siècle va résulter de la production décentralisée d'énergie renouvelable stockée localement sur le vecteur Hydrogène couplée aux réseaux Internet et Smart Grid [RIF 12].
    • Taxinomie T-KnoVA : classification typologique positiviste des connaissances industrielles du modèle théorique KnoVA et dont le concept central est le cogniton réticulable en extremetextes. 56 types cognitifs sont actuellement proposés par la classification T-KnoVA pour catégoriser les connaissances positives (cf. Fig. 15).

    Bibliographie